Miroir au mercure

 

L'histoire du miroir au mercure

Les miroirs dans l'antiquité et jusqu'au Moyen âge n’étaient que de simples disques de métal légèrement convexes et polis selon la forme du miroir. Ce n'est qu'à partir du XIIIéme siècle, que des miroirs en verre apparurent en Europe. Ces miroirs se composaient d’une surface de verre sur laquelle était appliquée une plaque de plomb ou d’argent poli.

c'est au XVème siècle à Venise que se développe la fabrication des miroirs étamé (les fameux miroirs au mercure). La méthode d’étamage consistait à revêtir une plaque de verre d’un alliage (amalgame) de mercure et d’étain. On couvrait la surface de feuilles de papier d’étain, qui étaient poncées, lissées et recouvertes de mercure. Puis, on maintenait fermement un chiffon de laine sur la surface à l’aide d’une masse en fer pendant environ une journée. On inclinait ensuite la plaque de verre afin d’enlever le mercure en excès : apparaissait alors une surface lustrée. Ces miroirs vénitiens avaient un grand pouvoir de réflexion et surtout étaient d'une pureté exceptionnelle mais ne pouvaient avoir que des dimensions réduites car ils étaient fabriqués à partir de cylindres de verre soufflé que l'on fendait et que l'on aplatissait sur une pierre.